top of page

La famille vue par l'approche systémique

Je crois qu’aussi loin que ma mémoire puisse me porter, j’ai toujours été fasciné par la profondeur et la complexité de l’être humain en général, et des personnes que je rencontre en particulier. Cette profondeur faite de paradoxes, de certitudes et de doutes, de bassesse autant que de hauteur spirituelle, de désillusions et d’instants d’épiphanie.

Là où cette fascination m’a d’abord conduit à porter mon regard sur les êtres en particulier, presque de manière aveugle au reste, par focalisation attentionnelle, j’ai appris à voir toute la trame relationnelle sur laquelle s’écrit l’histoire individuelle, la toile sociale sur laquelle se tisse la personnalité de chacun. Et quelle découverte fascinante !


Le simple fait d’ouvrir mon esprit à tout l’impact de l’environnement sur les individus qui le composent m’a ouvert à de nouveaux horizons à explorer, et surtout à de nouvelles pistes de compréhension et d’intervention. Après tout, lorsqu’une fleur ne pousse pas correctement dans notre jardin, intervenons-nous sur la fleur ou sur l’environnement ? L’exposition au soleil, au vent ou au gel, la proximité avec d’autres plantes, fleurs, arbres, sont autant d’éléments qui — s’ils ne sont pas pris en compte — peuvent nous conduire à passer un temps infini à essayer de soigner cette pauvre fleur, comme une histoire sans fin, et dont le scénario se répète à l’infini.


La découverte du champ des thérapies familiales, et notamment dans l’approche systémique, m’a donc ouvert à de nouveaux horizons de pensée. Je m’emploie à vous en dresser une carte postale, non pas pour vous en proposer une photographie exhaustive, mais bien pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend si vous décidez d’embarquer vers cette destination surprenante.


Le concept que je vous propose de découvrir aujourd’hui, ou de réexplorer — la carte postale du jour — est une théorisation que j’ai découverte à l’IFATC, à Lyon, sur le cycle de vie de la famille. Cette théorisation part du principe que toutes les familles passent par certaines étapes dans leur construction et leur évolution, et que le passage d’une étape à une autre demande une grande énergie adaptative. Dès lors, il est possible d’interpréter une crise familiale, ou une crise conjugale, comme étant un évènement attendu et « normal », lié au passage d’une étape du cycle de vie familial à une autre. Vous n’imaginez pas à quel point cette théorisation peut avoir un effet apaisant presque immédiat sur les familles qui se reconnaissent dans cette interprétation, et impact positif sur les solutions constructives qui émergent alors. Le moment de crise est alors envisagé comme une opportunité de changement, dans laquelle toutes les ressources créatives de chaque membre de la famille sont importantes, valables et valorisées.


Sans plus attendre, je vous laisse découvrir ce concept en vidéo, et j’attends votre retour dans les commentaires sur YouTube. Nous pourrons alors échanger davantage autour de l’utilité et de l’utilisation potentielle de ce concept, tant dans notre vie professionnelle que peut-être… dans la sphère privée…


Julien

249 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2 Post
bottom of page